actualités

VISITES RÉGLEMENTÉES

Les visites sont à nouveau autorisées, sauf en secteur COVID / médecine 3 et en secteur de semain

En savoir +

Pourquoi la péridurale a-t-elle autant de succès ?

Elle soulage les douleurs des contractions utérines sans vous priver des sensations de votre travail.

La péridurale rend de grands services dans de nombreuses situations :

  • des contractions peu efficaces qui ont besoin d’être renforcées,
  • un accouchement déclenché,
  • une souffrance de l’enfant pendant le travail, le médecin accoucheur décidant de faire une césarienne,
  • vous accouchez de jumeaux,
  • votre enfant se présente par le siège,
  • vous avez besoin d’une aide à l’expulsion (forceps)
  • après l’accouchement votre placenta ne sort pas naturellement et il faut aller le chercher (délivrance artificielle)
  • votre périnée doit être suturé, etc …

En obstétrique chaque fois qu’une anesthésie est nécessaire, la péridurale est la méthode de choix.



Qui fait la péridurale ?

C’est obligatoirement un médecin anesthésiste.

 

 

Le médecin anesthésiste est-il toujours disponible ?

L’anesthésiste prend la garde sur place pour la maternité ; s’il est retenu par une césarienne ou une urgence, il vous faudra patienter un peu jusqu’à ce qu’il soit disponible.


Comment la péridurale soulage-t-elle les douleurs ?

Lorsque vous vous mettez en travail, sous l’effet des contractions utérines, votre col va se dilater. Cette dilatation est douloureuse, la douleur chemine par des nerfs venant du col utérin puis par la moelle épinière pour arriver au cerveau. Les nerfs qui viennent du col de l’utérus pénètrent dans la colonne vertébrale au niveau des vertèbres lombaires par les trous de conjugaison. Les vertèbres sont des os empilés les uns sur les autres, chaque vertèbre présente, à sa partie arrière, un trou et l’alignement de ces trous forme un canal osseux : le canal rachidien.

Dans cet espace nous introduisons à l’aide d’une aiguille spéciale un petit tuyau appelé cathéter et injectons un mélange d’anesthésique local et de dérivé morphinique qui bloque la progression du message douloureux.


Où est faite la péridurale ?

Les nerfs qui transmettent les douleurs de l’utérus rejoignant la colonne vertébrale au niveau des vertèbres lombaires, la péridurale se pose, soit entre la 4ème et la 5ème vertèbre lombaire, soit entre la 3ème et la 4ème vertèbre lombaire, dans la partie basse du dos.


La péridurale est-elle douloureuse ?

La péridurale n’est pas plus douloureuse qu’une prise de sang. Avant l’introduction de l’aiguille péridurale proprement dite, une anesthésie locale de la peau est réalisée avec une fine aiguille. Quand la péridurale est faite au même endroit, vous ressentez seulement une légère pression dans le dos.


En combien de temps la péridurale agit-elle ?

Cela prend habituellement 10 à 15 minutes.

 

Ma péridurale durera-t-elle assez longtemps ?

Le cathéter a un double intérêt : il permet de prolonger ou de renforcer l’anesthésie selon vos besoins. La péridurale reste en fonction jusqu’à la fin de l’ accouchement, c’est à dire jusqu’à la sortie du placenta, au delà même elle permet, si besoin, de suturer le périnée, le vagin ou le col de l’utérus.

Aujourd’hui les femmes peuvent gérer elles-mêmes les douleurs du travail, grâce au système PCEA :
P pour patiente
C pour contrôlée
E pour épidurale ou péridurale
A pour Analgésie = traitement de la douleur

La patiente s’administre le calmant elle-même, quand elle le souhaite en appuyant simplement sur un bouton. Ce moyen est un atout supplémentaire pour vous permettre de sentir le travail progresser avec des douleurs atténuées.


Quand dois-je demander la péridurale ?

Au début de votre travail vous serez suivie de façon rapprochée par l’obstétricien et la sage-femme. Ils vous conseilleront et la péridurale sera en général posée par le médecin anesthésiste quand votre travail aura bien démarré et que vos douleurs seront devenues pénibles. Si vous choisissez d’accoucher sans péridurale, l’obstétricien ou la sage femme peuvent vous la proposer par exemple en cas de stagnation du travail ; il peut être nécessaire de renforcer vos contractions par un médicament (l’ocytocine) ; l’augmentation de la force des contractions s’accompagne souvent de vives douleurs et la péridurale permet de les atténuer.

Si vous faites de l’hypertension en fin de grossesse et que l’obstétricien décide de déclencher votre accouchement ou de vous faire une césarienne, la péridurale permet de soulager les contractions ou de faire la césarienne. Les douleurs peuvent être soulagées jusqu’à la fin de la dilatation ; quand la dilatation du col utérin est rapide et avancée, il est encore possible de faire une rachianesthésie ; cette technique permet un soulagement très rapide des douleurs, la piqûre se fait au même endroit que la péridurale, avec une aiguille très fine.


Si je dois avoir une césarienne sous péridurale, souffrirai-je quand l’effet de la péridurale aura disparu ?

Il y a plusieurs méthodes pour soulager la douleur. Vous pouvez avoir une pompe à morphine, c’est une seringue spéciale qui permet à la patiente de s’injecter, elle-même, de petites doses de morphine intraveineuse (cela s’appelle l’auto-analgésie). On peut également injecter une dose de morphine par voie péridurale avant de retirer le cathéter, dose qui va faire effet pendant près de 24 h.


Quels sont les effets secondaires ou les risques de la péridurale ?

  • Une baisse de tension, votre tension sera surveillée régulièrement pour réagir si elle baisse,
  • Des démangeaisons qui sont dues à l’utilisation d’un produit voisin de la morphine,
  • Vous pouvez ressentir dans les jambes des fourmillements, une légère lourdeur, qui peuvent être désagréables mais sont sans gravité,
  • Des difficultés pour uriner, qui amèneront la sage femme à vider votre vessie avec une sonde,
  • Si lors de sa pénétration dans l’espace péridural le cathéter entre en contact avec une racine nerveuse cela peut provoquer une sensation de décharge électrique désagréable, c’est la plupart du temps sans suite car la racine n’est pas blessée ;
  • Ce même tuyau peut pénétrer dans une veine de l’espace péridural, il faudra le repositionner car les produits ne doivent pas être injectés dans les vaisseaux ;
  • L’aiguille qui permet de trouver l’espace péridural peut perforer la « chaussette » (dure-mère), vous perdrez du liquide céphalorachidien par le trou et cela vous donnera mal à la tête ; ce mal de tête s’aggrave quand vous vous levez. Il existe un traitement pour guérir ce mal de tête ; cet incident est rare.

Des complications graves : convulsions, arrêt cardiaque, paralysie permanente ou perte plus ou moins étendue de la sensibilité d’une jambe sont extrêmement rares, quelques cas sont décrits alors que des centaines de milliers d’anesthésies péridurales sont faites chaque année.

Enfin il faut savoir que des racines nerveuses peuvent être comprimées au cours du travail par la tête de l’enfant et que les troubles qui en résultent au niveau des jambes (manque de sensibilité, fourmillements, manque de force ou même paralysie) sont indépendants de la péridurale ; leur disparition nécessite parfois plusieurs semaines.


Peut-on accoucher sans péridurale ?

Bien sur, l’anesthésie péridurale n’est pas une obligation, c’est un outil qui est mis à votre disposition pour soulager les douleurs de l’accouchement.


L’anesthésie péridurale est-elle parfois contre-indiquée ?

Le refus de la maman est toujours respecté, les refus pour raison médicale sont rares. En fait la principale contre indication est représentée par l’urgence extrême : hémorragie, souffrance grave du bébé, où alors chaque minute compte. L’anesthésie générale, plus rapide, est alors utilisée.
Ainsi quand votre travail aura bien démarré, la péridurale posée, vous resterez dans la salle d’accouchement allongée sur un lit, vous pourrez vous tourner d’un coté, de l’autre, vous asseoir… et vous reposer avant l’accouchement où vous devrez participer activement en poussant avec efficacité.